Coaching pour entreprise familiale

Christine Henseval

Les entreprises familiales sont très sollicitées par la crise que nous traversons. Je poursuis donc mon travail d’accompagnement en adaptant les modalités de travail aux nécessités de chaque situation, de chaque famille en entreprise et dans le respect des mesures de sécurité préconisées par les autorités.
Contactez-moi pour plus d’infos.

L’entreprise familiale vit à la croisée de deux mondes : la famille, essentiellement régie par l’émotionnel, et l’entreprise, régie par le rationnel. Elle peut avoir besoin d’un accompagnement spécialisé dans des situations de frictions ou de blocage qui mettent, selon les cas, le bien-être de la famille en péril et dans certaines situations l’équilibre et parfois la survie de l’entreprise en danger.

Coacher une entreprise familiale est donc un défi puisqu’il s’agit d’accompagner le système famille/entreprise dans la réussite de ses projets professionnels tout en étant attentif à prendre soin des relations particulières et si sensibles que sont les relations familiales. Une approche humaniste du coaching, tel que la Gestalt le propose, est à privilégier car elle s’appuie sur des valeurs humanistes qui se retrouvent au sein des systèmes familiaux.

Pour qui, un tel coaching?

Il est difficile de définir ce qu’est l’entreprise familiale puisque c’est l’interaction famille-entreprise qui la caractérise, et c’est au cas par cas que nous tenterons d’en préciser les contours. Parce que c’est au service de ce système complexe que le travail sera effectué: le bénéficiaire est la système global.

Le suivi en lui-même n’impliquera pas forcément tous les membres de la famille de la même façon. L’analyse préliminaire aura notamment pour objectif de définir quelles modalités d’intervention vont être les plus appropriés pour comprendre le système global puis ensuite le faire évoluer. Selon les cas, il s’agira de travailler avec un dirigeant unique ou des associés, un organe de gestion composé de plusieurs membres de la famille, un duo de co-entrepreneurs liés par un lien de sang (un père et sa fille ou son fils, deux frères, une soeur et un frère, un oncle et son neveu ou sa nièce…), un couple de co-dirigeants, ou plus largement, une fraterie (3 ou 4 frères et soeurs, ou plus) ou encore un système plus étendu (les parents fondateurs et leurs enfants, une fraterie et les conjoints, …), …

Quand initier un tel travail?

Dès que le besoin s’en fait ressentir et si possible avant qu’une crise s’installe.
Bien souvent, la demande d’accompagnement se fait lorsque la crise est installée et qu’elle s’exprime de façon douloureuse. Les discussions ne sont plus possibles, les relations humaines sont devenues intenables, les réunions familiales tournent au drame, les organes de gestion de l’entreprise ne fonctionnent plus correctement…
Anticiper la crise aigüe fait gagner énormément de temps et d’énergie et je ne peux que conseiller, si les signes avant-coureurs sont présents et lisibles, d’agir aussi rapidement que possible en faisant appel à un tiers externe qualifié. Ceci dit, je sais par expérience que ce n’est pas toujours possible parce que les événements qui vont la précipiter ne sont tout simplement pas anticipables.

Dans le cas où c’est une situation de crise qui génère la demande, l’accent pourra être mis sur la première phase de régulation émotionnelle et relationnelle, notamment caractérisée par une fonction de soutien plus importante.

Concrètement, comment le coaching se déroule-t-il?

Une première phase consistera à entendre la demande, à la clarifier si nécessaire pour ensuite décider d’une structure de travail. Plusieurs questions se posent:

1. Quel est l’objectif qui est défini à priori?

2. Par qui cet objectif a-t-il été déterminé?

3.Tous les membres de la famille concernés adhèrent-ils au projet?

4. Qui est prêt à s’engager et à quelle rythme?

5. Quelles seront les modalités et le cadre de ce travail?

6. L’accompagnement se fera-t-il individuellement, en sous-groupe et/ou collectivement?

Dans le cas où la demande s’accompagne ou est générée par des difficultés relationnelles et émotionnelles importantes, il pourra être nécessaire de débuter par une régulation préalable à ce travail de structuration du suivi.

Ces questions, posées préalablement et auxquelles nous répondons ensemble, devront parfois être renégociées au cours de l’accompagnement. Il n’est pas rare que des circonstances externes nouvelles influent sur le suivi, le rythme ou sur les objectifs. Pourront également surgir des désaccords ou des conflits qui nécessiteront d’être régulés pour permettre au processus en cours de continuer à se dérouler de façon fluide.

Si vous souhaitez en savoir plus, contactez-moi: un entretien téléphonique est un préalable essentiel qui vous permet, comme à moi, de vérifier si vos besoins et ma manière de travailler coïncident. Il me permet également, ainsi qu’à vous, de poser une série de questions qui nous semblent déterminantes afin de vérifier si un travail commun est adapté à votre situation.